Médias

Grand Prix du Journalisme 2020 des Médias Francophones Publics

Peu coutumier du fait, j’ai eut l’occasion de faire partie du jury afin que soit décerné le Grand Prix du Journalisme 2020 des Médias Francophones Publics organisé par France Inter.

logo France Inter

Comme l’explique Eric Valmir, ll y a quelques années encore, on prétendait le reportage illustratif. On le réduisait à un son d’ambiance. Or, dans la confusion d’analyses menées par des prétendus experts, il saisit les nuances et la complexité d’une réalité de terrain. Il est un vecteur de connaissance et de compréhension des situations et des territoires quel qu’ils soient.

Il élargit le champ des consciences et de la réflexion, le reportage est et restera toujours le vecteur essentiel de la profession de journaliste. Et ce n’est pas pour rien que ce Grand Prix du Journalisme des Médias Francophones Publics met en compétition des reportages et seulement des reportages qui seront évalués par un jury international d’auditeurs.

Au delà de l’aspect “compétition”, le prix est aussi la célébration d’un genre qui se précarise et que les prix de la profession ont tendance à oublier. Le reportage radio n’est pas mort. Il se réinvente même en numérique avec les podcast, le travail sur l’audio et les voix.

Les cinq reportages suivants étaient en lice:

  • Le camping Beausoleil au temps de la Pandémie – Akli Ait Abdallah / Radio Canada
  • Huit femmes à bord – Francesca Argiroffo / Play RTS
  • Vie et mort à l’hôpital Bichât – Solenne Le Hen / Franceinfo – Radio France
  • J’avais 10 ans en 44 – Françoise Baré / La 1ère – RTBF
  • Beyrouth, l’espoir en faillite – Nicolas Falez et Nicolas Benita / RFI

Je vous laisse écouter les 5 reportages sur le site de France Inter

Pour finir, sachez que c’est le reportage de Nicolas Falez et Nicolas Benita de RFI qui a remporté le Grand Prix du Jury des auditeurs, et à titre personnel je me réjouis c’était mon premier choix également.

Ce reportage récolte une parole qui a, selon moi, trop manqué dans les médias qui se sont beaucoup appesantis sur l’événement de l’explosion, moins sur les humains qu’il y avait derrière et la réalité politique d’un pays en crise.

 

0 0 vote
Notez l'article
S’abonner
Notification pour

Catégories